Arbre sur roche

Dans la nature, vous avez sûrement déjà vu des arbres accrochés à une paroi rocheuse verticale. Dans ces conditions difficiles, ils doivent faire preuve d’adaptation pour survivre. Où trouvent-ils leurs ressources?

arbreSurRoche_1

Il faut savoir que les arbres poussent
toujours verticalement, quel que soit la
position de départ du bourgeon. En effet,
celui-ci produit des hormones qui orientent la
croissance en fonction de la gravité.
Photo © Pascal Ficot / Galerie photo de L’Internaute

Colonisation en plusieurs étapes

Souvent, la falaise est d’abord colonisée par des végétaux « primaires », comme le lichen. Cette plante est une symbiose entre une algue et un champignon, et est capable de résister à une activité ralentie. Le champignon se développe sur le substrat minéral où il puise eau et sels minéraux.

Des mousses viennent ensuite recouvrir le lichen, et forment une mince couche de « terre végétale », qui constitue un terrain favorable pour les plantes plus évoluées comme les arbres. Les fientes d’oiseau, la poussière et les minéraux dissous dans la roche apportent le complément de nourriture requis, et les fissures dans la falaise permettent aux racines de s’ancrer dans la terre. Reste à savoir pourquoi un arbre se met à pousser dans un tel endroit.

Les espèces dont les fruits sont transportés par le vent sont avantagées. Les fruits de Gui du genévrier, par exemple, « explosent » littéralement, projetant ses graines collantes à plus de 15 mètres. Parfois ce sont les oiseaux qui jouent le rôle de disséminateur. Le Casse-noix, par exemple, dissimule les graines de Pin cembro pour faire des réserves à l’approche de l’hiver. Il n’hésite pas à en disséminer sur des crêtes rocheuses ou des creux de falaises.

Arbre-bonsaï

Le plus souvent, l’arbre reste de petite taille dans ces mauvaises conditions. Il aura davantage de branches et des feuilles plus petites. Il les perdra plus souvent pour réduire ses besoins en eau. Au final, on obtient un arbuste rachitique et recourbé style « bonsaï ».

Certaines espèces supportent plus facilement ce mauvais traitement, comme les résineux et le genévrier. Parfois il y a même naissance de variétés spécifiques. Ainsi le genévrier commun existe sous sa forme normale, bien dressé, mais quand il est en milieu alpin, il prend une forme rampante. Cette variété rampante ne retrouve jamais un port normal, même si on le replante dans un jardin : il aura alors tendance à « s’étaler » horizontalement plutôt que de grandir verticalement. C’est donc bien une sous-espèce qui est apparue au fil du temps, adaptée au vent et au manque de nourriture.

Arbre sur roche

NEAGARI (Tiré du site de Passion Bonsaï Club)

Le style néagari représente un arbre dans la nature qui a subit des conditions de vie difficiles. C’est un arbre qui vit en bordure de rivière, dans un éboulis, à flanc de montagne, dans une crevasse. Avec l’érosion naturelle du sol, les pluies et les crues, le sol se lessive et ravine, découvrant ainsi les racines de l’arbre. Ces dernières se solidifient peu à peu, allant toujours plus bas dans le sol pour y retrouver ombre, fraîcheur et éléments nutritifs.

Il doit toujours être en rapport avec l’analyse de la nature, le plus naturel possible. Il ne s’agit pas, pour créer des racines aériennes, de mettre à nue des racines placées au mauvais endroit, avec de mauvais mouvements, ni de justifier un mauvais nébari en disant que se sont des racines aériennes. C’est aussi pour cela que l’on parle de racines aériennes plutôt que de racines apparentes.

arbreSurRoche_3

Nous allons donc représenter un arbre vivant sur un sol pentu (montagne, bord de rivière ou bord de mer). Son tronc sera plutôt court, du fait de sa lutte contre les éléments, sa ramification courte et fine. Ses racines seront découvertes, en partant d’un nébari fin mais conique et monteront depuis le sol en prenant des formes arrondies, des ruptures. Ces racines seront souvent serrées, bloquées les une aux autres, mais pourront cependant s’ouvrir.

Le style Néagari doit rester fin et léger. Il est très graphique, rappelant la peinture Sumie, et se mélange bien avec d’autres styles. Une association néagari / kengai (racines aériennes / cascade), sera très esthétique et symbolisera bien le milieu naturel.

Quelles espèces ?

Comme dans leur environnement naturel, nous trouverons principalement des espèces de bord de rivière ou de flanc de montagne:

  • Azalée satsuki
  • Hêtre
  • Crataegus
  • Ficus (carica et retusa)
  • Chêne
  • Cotonéaster
  • Pyracantha
  • Certains érables
  • Pin
  • Pommier

Cependant, une bonne majorité de plantes peuvent être guidées en forme néagari; nous veillerons seulement à ce que cela paraisse naturel.

 

Télécharger la version PDF