Fiche technique – Charme de Caroline

Charme de Caroline

Famille : Betulaceae
Nom botanique : Carpinus caroliniana
Nom commun : Charme de Caroline, bois de fer
Nom anglais : American hornbeam

Description

Le charme de Caroline est le seul charme indigène en Amérique du Nord. C’est un petit arbre qui peut atteindre 8 m de hauteur. La cime est généralement étalée, les branches sont ramifiées, légèrement sinueuses et déployées en éventail. Cet arbre porte des feuilles caduques alternées, dentelées et elliptiques de 5 à 10 cm de long, avec de légères nervures qui se terminent en pointe.

L’écorce est lisse, non fragmentée (même pour les arbres adultes) et d’une belle couleur gris violacé. Le tronc est ondulé sur toute sa longueur, ce qui donne à l’arbre une apparence de musculature.

Les semences sont situées sur des bractées, en grappes pendantes appelées chatons, à l’extrémité des nouvelles pousses. Le bois est très lourd, fort et dur. On l’utilise pour fabriquer des manches d’outils.

Distribution géographique

Au Québec, l’aire naturelle du charme de Caroline se situe le long de la vallée du St‐Laurent entre la région de Trois‐Rivières au nord, la région de Gatineau à l’ouest et l’Estrie, à l’est.

Habitat

Zone de rusticité : 3

Variétés ou espèces similaires

Plusieurs espèces de charme sont utilisées comme bonsaï dans l’hémisphère Nord. Voici les espèces les plus cultivées :

Carpinus turczninowii (charme de Corée) : rustique à Montréal en pleine terre (zone 5); ses feuilles sont les plus petites de tous les charmes, elles sont également brillantes et ovales. L’écorce est lisse et claire, et le bois est dense et très dur. Cet arbre tolère bien le plein soleil.

Carpinus japonica (charme du Japon) : rustique à Montréal en pleine terre (zone 5); ses feuilles sont longues, très étroites avec de belles nervures. Il préfère la mi‑ombre.

Carpinus laxiflora (charme à fleurs) : arbre à croissance rapide (zone 6). Ses feuilles sont délicates et ovales. Cette espèce est celle qui est la plus utilisée au Japon.

Carpinus betulus (charme commun) : arbre du sud de l’Europe centrale à croissance rapide (zone 4). Cette espèce est rustique dans la région de Montréal.

Le charme de Caroline comme bonsaï

Le charme de Caroline peut être cueilli dans la région de Montréal, sur la Rive-Sud. On trouve les meilleurs sujets en bordure des sous‐bois, souvent sous la forme de troncs multiples. Le charme de Caroline est facile à prélever en raison de ses racines fines et superficielles. Par contre, on trouve difficilement des troncs avec une bonne conicité. Il est donc préférable de choisir un arbre avec un tronc prédominant et un beau nébari qui sera rabattu près du sol. L’arbre va alors produire de nombreuses pousses sous la coupure. On le laisse pousser quelques années en pleine terre avec une seule pousse qui deviendra le sommet. Attention aux grosses coupures, car l’écorce ne se cicatrise pas bien. Cultivé en pot, l’arbre devra être gardé sous une ombrière, car son feuillage brûle facilement. Il pousse lentement et est facile à cultiver. Après plusieurs années de culture en pot, le feuillage devient plus petit et l’on obtient des branches délicates et ramifiées, qui donnent à l’arbre un aspect plutôt féminin.

Emplacement estival

Cultiver le charme de Caroline sous une ombrière ou au soleil du matin au printemps, et à l’ombre le reste de l’été.

Emplacement hivernal

Le charme de Caroline se conserve facilement à l’extérieur lorsqu’il est bien protégé, comme tous les autres arbres rustiques.

Arrosage

Les racines du charme de Caroline ont besoin d’une humidité constante. Éviter les alternances d’humidité et sécheresse.

Fertilisation

Utiliser un engrais organique au printemps ou un engrais à dissolution lente, tel que l’Osmocote pour éviter d’obtenir de trop grosses feuilles.

Taille et pinçage

On laisse les branches atteindre 5 à 6 feuilles, puis on taille avec un ciseau en laissant 1 ou 2 feuilles.

Défoliation

La défoliation est déconseillée pour le charme de Caroline.

Ligature

La ligature est idéalement effectuée au printemps avant l’éclosion des bourgeons, mais peut se faire du printemps à l’automne. Ligaturer lorsque les branches sont jeunes, car le bois devient très dur.

Rempotage

Le rempotage doit se faire tous les deux ans. Les racines sont fines et superficielles. L’arbre supporte bien la taille des racines.

Substrat

Utiliser un substrat pour feuillus, bien tamisé. Le charme aime un sol bien aéré, riche et humide

Consulter le « Tableau de rempotage » et utiliser les proportions pour les feuillus.

pH idéal : 5,5 à 6,5

Maladies

Le charme de Caroline est un arbre robuste. Peu de maladies semblent l’affecter.

Insectes

Peu d’insectes s’attaquent au charme. Les infestations sont rares.

Rédaction : Serge Robidoux –  révision 12-2014

Télécharger la version PDF Fiche-technique-charme-de-caroline.pdf