Fiche technique – Métaséquoia

Métaséquoia

Famille : Taxodiaceae
Nom botanique : Metasequoia glyptostroboïdes
Nom français : Métaséquoia
Nom anglais : American hornbeam

Description

Le métaséquoia est un conifère à feuilles caduques. Sa croissance est rapide, jusqu’à 1,5 m par année dans de bonnes conditions. Ses feuilles sont petites, mesurent 12 mm sur 2 mm et ressemblent aux feuilles des Taxus (ifs). À l’automne, le feuillage du métaséquoia passe du vert luisant au brun orangé puis au brun rouge avant de tomber l’hiver venu. Le métaséquoia atteint sa puberté entre 25 et 30 ans.

Son tronc est brun et son écorce présente très tôt de grandes lanières partiellement détachées, un peu comme l’écorce du Thuja occidentalis (appelé cèdre au Québec). Après un été chaud, le métaséquoia mature peut produire des cônes retombants et arrondis à longs pédoncules d’environ 2 cm de diamètre.

Distribution géographique

On trouve des métaséquoias à l’état indigène en Chine, en particulier dans la province du Sichuan sur une bande de 1000 km sur 50 km.

Le métaséquoia a été découvert à l’état fossile au Japon en 1941 par le paléobotaniste japonais Miki. Par une coïncidence extraordinaire, un botaniste chinois du nom de Kan découvrit, la même année, dans le nord-ouest de la province du Sichuan, un conifère vivant répondant exactement à la description du métaséquoia de Miki. Les habitants de la région appelaient cet arbre Shui sha, qui signifie sapin d’eau. De nos jours, on trouve des métaséquoias dans presque tous les jardins botaniques du monde.

Habitat

Les métaséquoias vivent en altitude, entre 900 m et 1300 m. Les individus sont dispersés et ne forment jamais de forêts denses.

Zone de rusticité : 6

Variétés ou espèces similaires

Une seule espèce, et quelques cultivars.

Le métaséquoia comme bonsaï

La documentation concernant la création de bonsaï à partir de métaséquoia est pratiquement inexistante étant donné la relative nouveauté de l’arbre dans le commerce. Il n’en demeure pas moins que c’est un excellent sujet. En effet, la beauté de cet arbre et sa croissance rapide en font un sujet idéal. Les styles chokkan et moyogi lui conviennent fort bien. La plantation en forêt (Yose-ue) semble tout à fait appropriée à cette espèce.

Emplacement estival

Le métaséquoia aime le plein soleil en été. En Chine, dans sa terre natale, il vit dans une région chaude et humide avec une température moyenne de 35 °C en été.

Emplacement hivernal

Le métaséquoia est frileux en hiver. La moyenne de température hivernal dans son milieu en Chine est de -10°C. Il résiste à nos hivers à la condition de bien le protéger, faute de quoi l’arbre meurt, tout au moins sa partie supérieure.

Arrosage

Il demande beaucoup d’eau; le sol doit toujours être humide, mais bien drainé.

Fertilisation

Fertiliser régulièrement de mai à septembre avec un engrais acide. L’absence d’engrais fera jaunir le feuillage. Les boulettes d’engrais conviennent bien à cet arbre.

Taille et pinçage

La taille a essentiellement deux objectifs : limiter la croissance de la cime, ce qui est très important en raison de la grande vigueur du métaséquoia et de sa très forte dominance apicale, et stimuler la ramification.

Pinçage : pincer souvent en raison de la croissance rapide de l’arbre et de la formation de bourgeons sur le vieux bois. Une fois la croissance terminée (hauteur et diamètre de l’arbre jugés suffisants), pincer la cime et les branches supérieures très tôt dans la saison afin d’éviter leur grossissement intempestif qui déséquilibrerait l’arbre. Effectuer cette opération de la cime vers les racines au fur et à mesure de l’avancement de la saison, en conservant les rameaux de plus en plus longs vers le bas. Laisser les branches basses intactes et tailler plus tard dans la saison sur bois (mekiri), ce qui favorise du même coup l’apparition d’une certaine conicité du tronc.

Taille d’entretien : une fois les nouveaux rameaux aoûtés, rabattre régulièrement au-dessus d’une ramification.

Taille de structure : les tailles de formation et de structure se pratiquent en hiver. Tailler la cime tous les ans pour éviter qu’elle s’allonge.

Ligature

Le bois reste souple longtemps et la formation par ligature est donc relativement aisée. Ligaturer de préférence en hiver quand l’arbre n’a plus de feuilles. Les ligatures peuvent s’enfoncer profondément dans l’écorce si on ne protège pas au préalable. Toutefois, les marques disparaissent assez rapidement.

Rempotage

Le métaséquoia se transplante bien et supporte la taille de ses branches et de ses racines. Rempoter tous les 2 ans, en mars, avant l’éclosion des bourgeons. Tailler entre le tiers et la moitié des racines. La croissance racinaire du métaséquoia est très vigoureuse.

Substrat

Le métaséquoia pousse bien dans un sol léger. Utiliser un substrat classique, bien drainant et légèrement acide.

Consulter le «Tableau de rempotage» et utiliser les proportions pour les conifères.

pH idéal : 4,5 à 6,5

Maladies

Il n’est pas sujet à des maladies particulières.

Insectes

Jusqu’à maintenant, les insectes semblent l’ignorer. Cela s’explique probablement par la rareté de l’espèce.

Multiplication

La reproduction du métaséquoia est assurée par semence, bouturage ou marcottage. Effectuer le bouturage à l’automne (fin octobre). Prélever des rameaux de 15 cm de longueur sur un arbre à tailler, puis les placer dans un mélange de sable et de tourbe en chambre froide. Au printemps, en mars, placer les boutures à l’intérieur, à la chaleur et à la lumière. Le taux de réussite est d’environ 80 %.

Rédaction : Conrad Bouvier – révision 05-2015

Télécharger la version PDF Fiche-technique–metasequoia.pdf