Fiche technique – Orme liège

Orme liège

Famille : Ulmaceae
Nom botanique : Ulmus thomasii
Nom français : Orme liège, orme de Thomas
Nom anglais : Rock elm, Cork elm

Description

L’orme liège peut atteindre 25 m de hauteur et 75 cm de diamètre, et peut vivre jusqu’à 175 ans. Son écorce est gris foncé, teintée de rouge et divisée en crêtes aplaties séparées par des sillons irréguliers et discontinus. La cime de cet arbre lui donne une apparence broussailleuse. Les branches principales sont courtes et les branches inférieures sont inclinées ou plus ou moins horizontales. Elles paraissent noueuses et sont souvent couvertes de crêtes liégeuses, souvent noires. Les rameaux sont pubescents, noirâtres et à crêtes entrecroisées (dès la deuxième saison). Les feuilles sont alternées, oblongues et courtement acuminées. Leur face supérieure est vert foncé, luisante et glabre. Leur face inférieure est plus pâle et légèrement pubescente. L’orme liège fleurit au printemps, de la mi-avril au début mai. À l’automne, l’arbre arbore un feuillage jaune vif. Chez les sujets âgés de 20 ans et plus, l’arbre porte des fruits pubescents, en grappe. Le bois de l’orme liège a un grain serré et est le plus dur, le plus lourd et le plus fort de tous les ormes.

Distribution géographique

L’orme liège est un arbre de l’est de l’Amérique du Nord dont l’aire de répartition est concentrée au sud des Grands Lacs. Au Québec, bien que rare, on trouve l’orme liège dans les régions de : Montréal, Outaouais, Laurentides, Lanaudière et Montérégie.

Habitat

Affleurements, escarpements et dallages de calcaire, de dolomie ou de marbre. Souvent en compagnie de l’érable à sucre et de l’orme d’Amérique.

Zone de rusticité : 2

Variétés ou espèces similaires

Le genre Ulmus ne comprend pas plus de 25 espèces dont trois indigènes au Canada : orme d’Amérique, orme liège et orme rouge.

L’orme liège comme bonsaï

L’orme liège est un sujet très intéressant en raison de son feuillage qui est petit par rapport à celui des autres ormes indigènes.

Emplacement estival

Placer l’orme liège à l’extérieur durant l’été. Il supporte très bien le plein soleil.

Emplacement hivernal

Durant l’hiver, il est suggéré de conserver cet arbre en chambre froide à une température variant entre 3 °C et 7 °C. Acclimater graduellement ou défolier les ormes qui ont été gardés à l’intérieur durant l’hiver.

Arrosage

L’orme liège peut supporter de longues périodes de sécheresse. Ne pas mouiller le substrat excessivement et en contrôler périodiquement le degré d’humidité. Laisser sécher entre les arrosages.

Fertilisation

Assurer une fertilisation riche en azote et en potassium avec un engrais de type 15-5-15. Fertiliser en demi-doses, durant toute la saison de croissance.

Taille et pinçage

Tailler en assurant un équilibre entre la cime et les branches du bas.

Défoliation

Effectuer une à deux défoliations par été. La dernière défoliation doit avoir lieu avant le début d’août. Couper la feuille en laissant la partie inférieure et le pétiole.

Ligature

Effectuer la ligature lorsque l’arbre est en dormance ou après la défoliation. Le bois peut être plié facilement. Il importe cependant de surveiller attentivement le fil, car la croissance de l’orme liège est vigoureuse.

Rempotage

De préférence, le rempotage devrait être effectué tôt au printemps. L’orme liège est facile à transplanter.

Substrat

Le substrat doit être aéré et pouvoir bien se drainer. En nature, les racines de l’orme liège sont profondes et très étalées.

Consulter le « Tableau de rempotage » et utiliser les proportions pour les feuillus.

Ph idéal : 5,5 à 8

Maladies

L’orme liège est très vulnérable à la maladie hollandaise de l’orme. Il est également sensible à la tache noire de l’orme. De petites taches noires apparaissent sur la surface des feuilles. Ces taches s’élargissent, les feuilles jaunissent et tombent. Dans les cas sévères, les extrémités des pousses noircissent et meurent. Le seul remède efficace pour traiter cette maladie est de vaporiser un fongicide à base de cuivre, tel que Ferban WDG, Zineb 80WP ou CuivreFixe, ou encore Safer’s defender ou le bio-fongicide Green Earth -qui sont plus faciles à trouver.

Insectes

L’orme liège est victime des mêmes insectes perceurs, défoliateurs et suceurs qui attaquent l’orme d’Amérique. Traiter un minimum de trois fois à un intervalle de quatre à cinq jours, avec un acaricide (pesticide spécifique aux acariens) tels que Kelthane (Dicofol), Malathion, Diazinon ou encore le Savon Safer’s, le End-all ou de l’huile horticole.

Multiplication

La multiplication de l’orme liège est difficile par semis, le taux de réussite n’est que de 1 %. Le bouturage de tiges ou de racines ainsi que le marcottage sont possibles. Cet arbre est facile à greffer.

Cueillette

La cueillette doit avoir lieu tôt au printemps avant que les bourgeons ne gonflent. L’orme liège peut être difficile à récolter en raison de ses grosses racines pivots qui peuvent donner bien des soucis. Les petites radicelles sont souvent loin du nébari. L’arbre peut également être lourd à transporter selon sa grosseur. Par ailleurs, il est souvent situé dans des endroits rocheux difficiles d’accès aux fins de cueillette.
L’orme liège a été désigné espèce menacée au Québec en 2005. Il est protégé en vertu de la Loi sur les espèces menacées ou vulnérables. Certains sites de cueillette sont protégés. Il importe donc de s’informer avant d’aller cueillir.

Rédaction : Linda Chicoine – révision 11-2014

Télécharger la version PDF Fiche-technique-orme-liege.pdf