Les arbres de cueillette ou Yamadori

Yamadori pour les nuls par Paul Laurendeau

Les arbres de cueillette ou Yamadori sont très intéressants car ils peuvent devenir de très beaux bonsaïs, s’ils survivent. Pour un novice de la cueillette, comme moi, savoir quoi faire et quand le faire, n’est pas toujours évidant. J’ai trouvé un tableau de François Jeker résumant les tâches à effectuer et indiquant quand et pourquoi les effectuer. J’ai résumé plus bas ce tableau mais avant, je voudrais partager les conseils que m’ont donnés certains connaisseurs, pour prélever ces arbres.

Tout d’abord, il faut prendre le temps de bien choisir l’arbre. Il doit avoir une forme intéressante, mais surtout il doit être assez vigoureux pour supporter le choc, et pouvoir être prélevé sans trop de dommage aux racines. S’il est trop coincé dans la roche, on le laisse là. Il a beau être très joli, il ne le sera plus si on le tue pour le sortir. Le feuillage doit être assez fourni et ne doit pas être trop loin du tronc pour éviter d’être obligé de faire des acrobaties avec les branches pour le rapprocher du tronc.

Si l’arbre est dans une cuvette, tant mieux, on prend toute la motte. Si non, on prend la plus grosse motte possible en prenant soin d’avoir des radicelles. Cette motte doit rester le plus stable possible. Il faut donc bien la ficeler dans de la jute. (On peut aussi prendre des sacs de plastic et du ruban fort.) L’important, c’est que cette motte ne se défasse pas lors du transport afin de préserver les radicelles.

Parlant de transport, c’est la partie délicate et exténuante du périple, dépendamment du relief évidemment. En montagne, il est très pratique de pouvoir avoir l’usage de ses deux mains. Certains arbres peuvent être assez gros (on se laisse facilement emporter) et pénible à descendre à bras-le-corps. Je n’ai pas suivi le conseil de Johanne Lafontaine, et je l’ai regretté. Ce conseil était de me servir d’une structure de métal de sac à dos pour transporter les arbres. On peut y fixer un gros arbre ou quelques petits. Ça répartit la charge et facilite la descente.

C’est ce que je ferai la prochaine fois, c’est sûr.

Il faut les rempoter assez rapidement dans du substrat bien drainant. N’oubliez pas de les fixer dans vos boîtes afin, encore une fois, de ne pas endommager les radicelles lors des manipulations.

La première année, on n’y touche pas. On se contente de les arroser, de les fertiliser et de les étudier pour définir un projet.

À partir de la deuxième année, tranquillement, à petite dose, on peut commencer certaines tâches. On gagne ainsi au moins deux ans, ce qui n’est pas négligeable. Si votre arbre est assez vigoureux vous pourrez effectuer sa première mise en forme après trois ans. La hâte est risquée ; il vaut mieux être patient. Mais pas trop tout de même car certains défauts doivent être corrigés assez rapidement. Comme dit François Jeker, il faut se hâter lentement.

 

Voici le tableau des tâches préconisées par François Jeker.

 Quoi Quand Pourquoi Comment
Bois mort 2ième année Gagner du temps
sur la patine et
obtenir plus vite un
beau cal de
cicatrisation
Ôter les parties pourries et fragiles des
bois morts existants et les traiter au
liquide à Jin. Créer le bois mort sur le
bois vif. Ne pas les traiter au liquide à
Jin. (attendre quelques années)
Sélection des
branches
2ème année,
répartir la tâche
sur deux ans
Concentrer
l’énergie sur les
branches utiles
Les grosses branches peuvent être
raccourcies. On peut les couper
complètement la 3ième année. On peut
en garder un bout pour faire des Jin.
Orientation
des branches
2ième année,
répartir la tâche
sur deux ou trois
ans
Donner une
orientation
homogène aux
branches
Haubaner les grosses branches.
Pour une forte inclinaison, travailler
sur deux ou trois ans, en renforçant la
traction des haubans lentement
Taille des
branches
2ième année Compacter la
végétation, donner
des mouvements
naturels
Raccourcir les branches.
Taille des
nouvelles
pousses
2ième année Préparer la
ramification et
équilibrer la
croissance
Supprimer les nouvelles pousses sur
les branches inutiles. Pincer fortement
les pousses en bout de branche et de la
cime. (Pas valable pour les genévriers
et les pins) Laisser pousser sur les
branches basses et à l’intérieur des
branches utiles
Ligature 2ième année ou
3ième année
Stimuler la
croissance de
certaines parties
En écartant la végétation, chaque
bourgeon bénéficiera de la lumière.
Orientation
du tronc
2ième année Préparer le changement
d’orientation du tronc
sans toucher aux racines
Caller sous le pot, des morceaux de
bois pour obtenir la bonne orientation.
L’arrosage nivellera la terre.
Conicité du
tronc
 2ième année  Améliorer la
conicité
 Supprimer la cime initiale et en
reconstruire une nouvelle avec une
branche inférieure.
Il faut parfois reconstruire l’arbre en
entier avec une seule branche.Chaque année, retirer une couche de
substrat jusqu’à ce que les grosses
racines soient visibles. Ne dévoiler
que la moitié supérieure.
 Nébari  2ième année et les suivantes Préparer la
formation d’un bel
enracinement
Raccourcir les racines trop longues la
3ième année, en gardant des radicelles
près du tronc.
Peigner les radicelles de surface en
étoile autour du tronc.
Pour développer des radicelles,
creuser des trous de 3 à 4 cm dans la motte originale et les remplir de
substrat additionné d’engrais.

 

Télécharger la version PDF